Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 de fevereiro de 2018

La Marche de San Lorenzo (Argentine)


Lien court vers cette page : fishuk.cc/sanlorenzo-fr


J’ai ajouté à ma chaine Eslavo (YouTube) ce chant appelé Marcha de San Lorenzo (Marche de San Lorenzo) et composé par Cayetano Alberto Silva (mélodie, 1901) et Carlos Javier Benielli (paroles, 1907). Il célèbre le combat de San Lorenzo (ville dans la province argentine de Santa Fe), mené le 3 février 1813 entre les troupes du colonel José de San Martín, héros de l’indépendance de l’Argentine, et les soldats royalistes qui défendaient la domination espagnole.

Dans une zone presque désertique près du Couvent de San Carlos Borromeo, la chanson commence quand le soleil se lève (« Febo » – Phébus, Apollon ou Helios, selon la figuration mythologique grecque) et finit quand meurt le granadier pro-indépendance Juan Bautista Cabral, tué à l’âge de seulement 22 ans dans le poste de sergent. Cabral est devenu un héros national dont le mythe se doit au fait d’être allé au secours de San Martín, dont le cheval était tombé lors de ce combat qui a incarné le « baptême de feu » de l’Armée argentine.

Cette chanson est devenue une des pièces les plus célèbres de la musique militaire, au point des troupes nazis l’avoir jouée lors de l’occupation de Paris en 1940, et quelques ans après le général Eisenhower même la faire aussi sonner quand les Alliés y sont entrés. Les musiciens militaires du Brésil, Uruguay, Pologne et d’autres pays l’ont également ajoutée à son répertoire. Cette vidéo a été la source du son et a aussi un montage cool avec des images historiques et les paroles en espagnol. Moi-même ai traduit, sous-titré et monté la vidéo, après avoir copié le récit historique et les paroles originales de la Wikipédia espagnole. Regardez ci-dessous mon sous-titrage, le poème en espagnol et la traduction française :


____________________


Febo asoma; ya sus rayos
iluminan el histórico convento;
tras los muros, sordos ruidos
oír se dejan de corceles y de acero.

Son las huestes que prepara
San Martín para luchar en San Lorenzo;
el clarín estridente sonó
y la voz del gran jefe
a la carga ordenó.

Avanza el enemigo
a paso redoblado,
al viento desplegado
su rojo pabellón.

Y nuestros granaderos,
aliados de la gloria,
inscriben en la historia
su página mejor.

Cabral, soldado heroico,
cubriéndose de gloria,
cual precio a la victoria,
su vida rinde, haciéndose inmortal.

Y allí salvó su arrojo,
la libertad naciente
de medio continente.
¡Honor, honor al gran Cabral!

____________________


Le soleil vient; ses rayons déjà
éclairent l’historique couvent;
derrière ses murs, la sonnerie
des chevaux et des épées est audible.

Ce sont les troupes préparées
par San Martín pour lutter à San Lorenzo;
le clairon strident a sonné
et la voix du grand chef
a ordonné l’attaque.

L’ennemi avance
au pas redoublé
en secouant dans le vent
son drapeau rouge.

Et nos grenadiers,
alliés à la gloire,
écrivent dans l’histoire
sa meilleure page.

Cabral, soldat héroïque,
couvert de gloire,
comme prix de la victoire,
a donné sa vie et est devenu immortel.

Et là son courage a sauvé
la liberté naissante
à la moitié du continent.
Honneur, honneur au grand Cabral !