Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

20 de fevereiro de 2021

Marche des Volontaires: hymne chinois


Lien raccourci vers ce billet : fishuk.cc/volontaires




Je vous présente aujourd’hui l’hymne national du pays le plus peuplé du monde, qui a actuellement la deuxième économie la plus grande de la planète. Le titre originel de la chanson est La Marche des Volontaires (Yìyǒngjūn Jìnxíngqǔ, 义勇军进行曲), dont les paroles ont été écrites en 1934 par Tian Han et la musique a été composée en 1935 par Nie Er. L’hymne avait déjà été adopté peu avant la victoire finale de la révolution communiste, mais il a subi un long processus légal avant de devenir finalement officiel.

Au 20e siècle, la Chine a changé trop souvent d’hymne national : depuis 1911, encore sous la monarchie, quand la dynastie Qing a adopté le premier hymne national, la Chine continentale a eu sept hymnes nationaux, officiels ou pas, originels ou peu modifiés ! La république a été proclamée le 1er janvier 1912, et depuis lors le pays n’a pas connu de gouvernement uni et fort, car la plupart du territoire était contrôlée par les soi-disant “seigneurs de la guerre”. L’un d’eux était Jiang Jieshi, plus connu comme Chiang Kai-shek, qui commandait le mouvement nationaliste Guomindang, ou Parti national populaire, depuis la seconde moitié des années 1920, et a alors commencé à commander de facto la Chine et entamé la guerre civile contre les communistes. En 1928 le Guomindang a adopté Trois principes du peuple comme l’hymne national, jusqu’à présent utilisé à Taïwan, officiellement la “République de Chine” non reconnue par les communistes de Pékin.

Le poète et dramaturge Tian Han (1898-1968) a écrit les paroles en 1934, d’abord comme un poème dramatique, mais en 1935 le musicien Nie Er (né Nie Shouxin, 1912-1935) leur a composé une mélodie pour que la chanson soit jouée dans le film patriotique Children of Troubled Times. Le gouvernement communiste provisoire de Chine a adopté la chanson déjà le 27 septembre 1949 de façon transitoire, jusqu’au jour où l’hymne a enfin été enfin ratifié le 4 décembre 1982. Il n’a entré dans la Constitution que lors de la révision que ce texte légal a subie le 14 mars 2004, et enfin son usage a été reglé le 1er octobre 2017. Bien que l’hymne soit plus connu en Occident comme La Marche des Volontaires, la traduction littérale de son titre en chinois est Armée vertueuse et courageuse en allusion à la guerre civile des communistes contre le Guomindang et l’invasion et occupation japonaises dans les années 1930 et 1940. Les armées de Mao et Jiang ont combattu ensemble le Japon, mais la chanson n’a jamais été populaire chez les nationalistes.

Curieusement, Tian Han a été arrêté en 1966, quand débutait la “Révolution” culturelle en Chine, à cause d’une pièce (de 1961 !) réputée “venimeuse” par le gouvernement, et a fini par mourir en prison en 1968. De 1966 à 1970, la chanson communiste Dōngfāng Hóng (东方红, L’Orient est rouge) a été utilisée comme hymne national non officiel, jusqu’au moment où La Marche des Volontaires est revenue à être utilisée, mais sans paroles. En 1978, de nouvelles paroles ont été adoptées, avec mentions à Mao, au Parti communiste et à la Longue marche, mais en 1982 les paroles originelles, que vous lisez sur la vidéo, ont été reprises lors de l’adoption de politiques libéralisantes par Deng Xiaoping. La Marche des Volontaires diffère des hymnes précédents en ce qu’ils ont été écrits en chinois populaire, et non pas dans la langue classique ancienne.

J’ai téléchargé de cette page la vidéo qui semble être l’ouverture du programme TV. Moi-même ai fait les sous-titres, mais j’ai copié la traduction de la Wikipédia. Paroles en chinois dans les caractères traditionnels et simplifiés et dans la translitération pinyin, et traduction :



Chinois simplifié :
起来!不愿做奴隶的人们!
把我们的血肉,
筑成我们新的长城!
中华民族到了最危险的时候,
每个人被迫着发出最后的吼声。
起来!起来!起来!
我们万众一心,
冒着敌人的炮火,前进!
冒着敌人的炮火,前进!
前进!前进!进!

Chinois traditionnel :
起來!不願做奴隸的人們!
把我們的血肉,
築成我們新的長城!
中華民族到了最危險的時候,
每個人被迫著發出最後的吼聲。
起來!起來!起來!
我們萬衆一心,
冒著敵人的炮火,前進!
冒著敵人的炮火,前進!
前進!前進!進!

Translitération pinyin :
Qǐlai! Bùyuàn zuò núlì de rénmen!
Bǎ wǒmen de xuèròu,
Zhúchéng wǒmen xīn de chángchéng!
Zhōnghuá mínzú dàole zuì wēixiǎn de shíhou.
Měi ge rén bèi pòzhe fāchū zuìhòu de hǒushēng.
Qǐlai! Qǐlai! Qǐlai!
Wǒmen wànzhòngyīxīn,
Màozhe dírén de pàohuǒ, qiánjìn!
Màozhe dírén de pàohuǒ, qiánjìn!
Qiánjìn! Qiánjìn! Jìn!

Traduction française :
Debout ! Les gens qui ne veulent plus être des esclaves !
C’est avec notre chair que nous bâtirons
[notre nouvelle Grande Muraille !
La Nation connaît son plus grand danger,
Chacun doit pousser un dernier cri.
Debout ! Debout ! Debout !
Nous, qui ne faisons plus qu’un,
Bravons les tirs ennemis, marchons !
Bravons les tirs ennemis, marchons !
Marchons ! Marchons ! Marchons !